Le contenu présenté en SCORM semble figé dans une capsule temporelle : il est à la fois vieux et peu attrayant pour les apprenants.

Ce système a déjà 20 ans et continue de ralentir beaucoup d’équipes formation. Le contenu SCORM est compliqué à gérer pour les formateurs, en plus d’être peu engageant pour les apprenants. Le résultat ? Un faible taux d'engagement et beaucoup d’abandons de cours. 

Tout envoyer balader pour faire un grand nettoyage de printemps ? C’est malheureusement compliqué : SCORM est trop ancré dans le processus des équipes formation. Et croyez-nous, nous en avons fait l’expérience. 

Est-ce que cela veut dire que vous êtes condamné à toujours utiliser SCORM, même à contre-coeur ? Pas forcément !

On vous explique ici comment utiliser efficacement SCORM dans votre entreprise en 2021.

Comment SCORM est devenu la norme en eLearning

SCORM est un langage commun qui permet au service formation de diffuser du contenu pédagogique sur différentes plateformes. Le saviez-vous ? SCORM a été élaboré lors d’un programme de défense du gouvernement américain. Cela explique le côté très administratif et bureaucratique du logiciel et le fait qu’il soit peu attrayant pour une audience en plein apprentissage. 

Pourtant, dans les années 90, SCORM représentait la radicalité et l’ouverture sur de nouvelles possibilités pour l’apprentissage. Il a permis aux formateurs de partager facilement du contenu, et est vite devenu la norme, les équipes formation s'appuyant sur des milliers de cours disponibles en SCORM. Il s'agissait à ce moment de la seule et unique option, et les entreprises se sont naturellement jetées à l’eau. 

Le problème est que SCORM n’a pas su évoluer avec son temps. La plupart du contenu sur internet est passé à HTML 5, mais pas SCORM qui est resté bloqué aux animations Flash.  Mettre à jour les milliers de cours existants est trop coûteux, c'est pourquoi la plupart des modules sur SCORM ressemblent encore à ça :

Exemple SCORM

En d’autres termes, SCORM est comme un PC tournant encore sous Windows 95... en 2021 — autrement dit un boulet pour les équipes formation.

5 raisons d’en finir avec SCORM

Qu’est-ce qu’on sous-entend quand on affirme que SCORM ralentit les équipes formation ? 

Pour commencer :

1. Créer des cours sur SCORM est lent, coûteux et rigide

Vous le savez aussi bien que nous. Élaborer un cours avec SCORM implique de jongler entre les calendriers, attentes et budgets de plusieurs acteurs. Les concepteurs pédagogiques, les analystes, les experts techniques et les responsables opérationnels doivent tous se coordonner, du storyboarding à la validation et à la production de contenu. 

Mettre en place une formation finit par ressembler à l'organisation des prochains JO. Et vu le prix de chaque formation (environ 20 000€ chacune, quand même !) la comparaison n’est pas excessive. Le résultat ? Une dépendance à SCORM qui rend les entreprises moins agiles et moins aptes à s’ouvrir aux nouvelles manières d’apprendre. 

2. Une fois les cours en ligne, difficile de les mettre à jour

Le contenu de votre formation en ligne devrait toujours évoluer : la réglementation en cours, l’effectif de l’entreprise, les stratégies commerciales et les besoins en formation sont des éléments renouvelés fréquemment. Avec SCORM, le contenu d’une formation est gravé dans le marbre et ne peut être modifié que dans son ensemble. Il devient alors impossible de mettre à jour les programmes de formation au rythme auquel évolue l’entreprise. 

Renouveler une formation sur laquelle vous avez déjà passé plusieurs mois — et un  budget conséquent — est dur à concevoir. Mais laisser les employé.e.s apprendre des informations incorrectes ou pas à jour est encore pire. Le manque de flexibilité des cours sous SCORM laisse souvent les équipes formation coincées entre le marteau et l’enclume.

3. Une création de contenu sans collaboration

Même si vous êtes un bon intermédiaire entre les différentes parties prenantes, SCORM ne met pas vos collaborateurs en valeur. 

Les équipes formation n’ont alors pas accès aux connaissances institutionnelles des experts mais uniquement à des informations standards. Elles ne pourront s’appuyer que sur un ou deux spécialistes. Leurs connaissances sont larges, mais si tout ce savoir institutionnel reste inexploité, c'est une opportunité ratée de collaborer.

4. Le contenu sur SCORM est peu engageant et sans saveur

La plupart des apprenants qui suivent des formations sont habitués au contenu digital interactif : les “j’aime”, les partages, les filtres, les tags, etc. Les réseaux sociaux ont réellement instauré une norme en termes de niveau d’engagement dans la sphère digitale.

Et pourtant, le contenu SCORM est statique. Il existe quelques animations basiques mais c’est un échange à sens unique. Les apprenants n’ont pas l’occasion de réagir au contenu proposé, ou de partager leurs points de vue et leurs idées. L’expérience de formation est passive et beaucoup moins riche.

5. SCORM est un casse-tête pour les équipes formation

Les équipes formation ne peuvent pas expérimenter et essayer de nouvelles manières de faire : elles n’en ont pas les outils et doivent se contenter de faire le gros du travail.

Dans l’ensemble, SCORM devient moins attrayant de jour en jour. Quelqu’un a bien dû penser à une solution de eLearning alternative ces 20 dernières années ? 

Découvrons ensemble ce que l'on appelle "l'interactive learning".

L’Interactive Learning : plus agile et simple à déployer

Tout le monde ne jure que par SCORM lorsqu’il s’agit de e-Learning. Même en étant conscient de ses défauts, les équipes formation ne peuvent jeter le bébé avec l'eau du bain.  Heureusement, avec l’interactive learning, ils n’ont pas à le faire.

Un nouvel acteur est arrivé au début des années 2010 : les plateformes d'interactive learning.  Parfois appelées LXP (Learning Experience Platforms), plateformes de peer learning (apprentissage par les pairs) ou encore plateformes de Collaborative Learning, ces 3 solutions ont su répondre aux nombreux problèmes de SCORM : 

  • L'échange humain est au cœur de l'apprentissage
  • Les apprenants font part de leurs propres besoins d'apprentissage (au lieu d'un système descendant ou top-down).
  • Leurs collègues sont les experts leur apportant le savoir institutionnel.

C’est ce qui rend l’interactive learning rapide, collaboratif et facile à déployer à grande échelle : tout ce que n’est pas SCORM, de fait. 

Un atout de taille pour les équipes formation : ces plateformes d'interactive learning, y compris notre plateforme de Collaborative Learning, intègrent facilement du contenu SCORM. Vous pouvez donc conserver vos cours SCORM les plus pertinents tout en continuant de les faire évoluer grâce aux retours des apprenants. Vous pouvez même les améliorer en capitalisant sur de nouvelles connaissances apportées par des experts. C'est du gagnant-gagnant.

À lire aussi : Faut-il choisir un LMS, un LXP, un HCM ou une plateforme de formation ?

Comment faire marcher SCORM pour votre équipe formation ?

Les plateformes de formation interactives sont un excellent moyen - si ce n’est le meilleur - de tirer profit de votre contenu existant sur SCORM, en plus d’améliorer la flexibilité et la qualité de vos contenus de formation. Ce changement peut se révéler complexe, et nous n’en sommes qu’aux prémices.

Chez 360Learning, on vous accompagne dans votre projet de digital learning pour vous aider à résoudre vos tracas liés à SCORM. Contactez-nous !

SCORM - démo 360Learning